L'année 2021 signe la reprise de la production cinématographique en France – Le Monde

Consulter
le journal
Ile-de-France : la modernisation du réseau ferroviaire des lignes B et D du RER à l’arrêt
D’Apple à Starlink, les premiers pas des smartphones connectés aux satellites
Goldman Sachs : « Après une année exceptionnelle à Wall Street, il faut trouver une chaise avant que la musique ne s’arrête »
« Il faut se préparer à une augmentation très significative des dépenses des collectivités locales »
« Rap Business » : pourquoi les rappeurs se ruinent pour jouer à Bercy
Pourquoi les morceaux de rap sont de plus en plus courts
Charles III prononce son premier discours en tant que roi
Mort de la reine Elizabeth II : retour sur ses voyages en France
Ukraine : la stratégie occidentale validée par la contre-offensive
« La consultation gynécologique est un espace fondamentalement ambigu pour les femmes »
En Inde, « l’essor du capitalisme dit de “connivence” »
Fabien Roussel : « J’assume défendre le parti du travail »
« Babi Yar. Contexte », « Feu follet », « Chronique d’une liaison passagère »… Les films au cinéma cette semaine
Le groupe Editis suspend la parution d’un livre de Guillaume Meurice juste avant sa sortie
« Mégafeux, canicules, inondations : quand le climat s’emballe », sur TMC : une compilation des pires catastrophes des deux dernières décennies
Le cinéaste Jean-Luc Godard a eu recours à l’assistance au suicide, selon le conseiller de sa famille
La rentrée littéraire fait des tonnes d’invendus
Après la fourrure et les peaux exotiques, la laine : le bien-être des moutons mérinos enfin à la mode
S’aimer comme on se quitte : « Il mettait des paillettes dans ma vie, c’était ma seule perspective positive »
A la recherche du tempura perdu
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Avec 340 films agréés par le Centre national du cinéma et de l’image animée en 2021, contre 237 en 2020, le nombre de longs-métrages produits est reparti à la hausse en France, et se caractérise par un très haut niveau d’investissements.
Par
Temps de Lecture 3 min.
Article réservé aux abonnés
L’impact négatif de la crise sanitaire sur la production cinématographique semble gommé. Après une année 2020 particulièrement difficile pour ce secteur, 2021 a connu « un effet de rattrapage », qui permet de dépasser l’étiage moyen d’avant-Covid, selon une étude du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), publiée lundi 28 mars.
L’an dernier, 340 films ont ainsi été agréés par le CNC, contre 237 en 2020. Les projets de longs-métrages laissés en plan pendant la crise sanitaire ont finalement pu voir le jour. L’étude souligne « un très haut niveau d’investissements en 2021 », avec 1,1 milliard d’euros consacré à la production cinématographique d’initiative française (c’est-à-dire avec une majorité de financements français). Il s’agit du deuxième plus haut niveau de la décennie après 2016, qui avait culminé à 1,2 milliard d’euros. Sur ce total, quatre films ont affiché un budget supérieur à 30 millions d’euros : Astérix et Obélix : l’empire du Milieu, de Guillaume Canet, Notre-Dame brûle, de Jean-Jacques Annaud, ainsi que les deux longs-métrages signés par Martin Bourboulon et librement adaptés du roman d’Alexandre Dumas : Les Trois Mousquetaires : D’Artagnan ainsi que Les Trois Mousquetaires : Milady.
A côté de ces mégaproductions, les devis moyens s’inscrivent dans une tendance à la baisse. Plus de la moitié des films sont réalisés pour des sommes inférieures à 4 millions d’euros. Le CNC souligne que les longs-métrages à très petit budget (moins de 1 million d’euros) connaissent leur plus bas niveau de la décennie (25,3 % en 2021), après 2017. A contrario, les films à petit budget (de 1 million à 4 millions d’euros) et ceux dits « du milieu », entre 4 millions et 7 millions d’euros, ont, chacun, atteint leur deuxième pic depuis dix ans (avec respectivement une proportion de 38,1 % et de 22,3 %).
Le CNC souligne que « la crise sanitaire n’a pas bouleversé les grands équilibres de financement des films ». Les chaînes de télévision ont compensé les sommes non investies en 2020, si bien qu’elles sont restées des « partenaires majeurs » dans le financement des productions françaises, en apportant 30,1 % des sommes nécessaires à l’aboutissement de ces projets. En moyenne, elles ont investi 1,7 million d’euros par film, un seuil qui n’a quasiment pas varié depuis 2018.
Après un creux en 2020, année au cours de laquelle elles n’avaient financé que 117 films français, les chaînes ont redistribué une manne importante à 196 longs-métrages, en 2021. Un pic jamais atteint depuis 1994, date de la première étude de ce type du CNC. Canal+ a ainsi apporté 145,2 millions d’euros aux films tricolores, l’an dernier. Soit presque le double de son écot en 2020 (74,6 millions). Les télévisions occupent toujours la place de deuxièmes « banquiers » du cinéma, après les producteurs qui, eux, ont apporté 37,1 % des devis.
Il vous reste 36.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

About didas

Check Also

Top 10 des meilleurs films d'animation japonais de tous les temps – FuransuJapon

Les films d’animation japonais sont de plus en plus populaires en France. Presque tous les …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

/ / / memeber