La couronne impériale: un joyau, symbole du pouvoir royal britannique – Arabnews fr

https://arab.news/pumtr
LONDRES: La “couronne impériale d’État”, ou couronne impériale, posée sur un coussin violet sur le cercueil d’Elizabeth II lors de la procession l’emmenant vers Westminster, est un joyau serti de pierres précieuses parmi les plus célèbres du monde. 
Edifiée sur un cadre en or et l’intérieur garni d’une toque de velours pourpre, la couronne impériale est ornée de 2 868 diamants, et de nombreuses pierres précieuses, dont 17 saphirs, 11 émeraudes et 269 perles. 
Symbole de la monarchie et du pouvoir divin du souverain, elle est portée par le monarque à sa sortie de l’Abbaye de Westminster juste après son couronnement, mais c’est la couronne de Saint-Edouard, deux fois plus lourde avec ses 2 kg, que l’archevêque de Canterbury pose sur la tête du souverain durant la cérémonie à l’intérieur de l’abbaye. 
Fabriquée en 1937 par le joaillier de la couronne Garrad & Co pour le roi Georges VI, elle reprend le modèle de celle de la reine Victoria, créée en 1838, avec sa base en fourrure d’hermine. 
Parmi les nombreux gemmes qui l’ornent figure notamment sur le devant un gigantesque diamant de 317 carats, le Cullinan II, aussi connu sous le nom de “deuxième étoile d’Afrique”, relié au “Saphir de Stuart” à l’arrière par une frise ajourée parsemée de huit émeraudes et huit saphirs entre deux rangées de perles. 
Deux arcs sertis de diamants et de perles, dont la base à l’avant est ornée du “Rubis du Prince noir”, en réalité une impressionnante spinelle, entourent la toque. A leur intersection en haut de la couronne sont suspendues quatre perles en forme de poires dans des coques en diamants roses, connues sous le nom de “Boucles d’oreilles de la reine Elizabeth”. 
Au dessus s’élève une sphère pavée de brillants, surmontée d’une croix sertie en son centre du très ancien “Saphir de Saint-Edouard”, dont on présume qu’il appartenait déjà à Edouard le confesseur, arrivé sur le trône d’Angleterre en 1042. Quatre fleurs de lys, chacune sertie d’un rubis, sont également disposées entre les arches. 
Des plaques sur l’envers du “Rubis du Prince noir” et du “Saphir de Stuart” sont gravées pour commémorer l’histoire de la Couronne. 
Gardée à la Tour de Londres avec les autres Joyaux de la Couronne britannique, la couronne impériale, haute de 31,5 cm, était arborée chaque année par la reine Elizabeth II lors de la cérémonie d’ouverture de la session du Parlement. Elle ne la portait pas lors des dernières années, en raison de son poids. 
Le terme “couronne impériale d’État” remonte au XVe siècle lorsque les monarques anglais ont choisi une conception de couronne fermée par des arcs pour démontrer que l’Angleterre n’était soumise à aucune autre puissance terrestre, selon le Royal Collection Trust qui supervise la Collection Royale de la famille royale britannique. 
https://arab.news/p6s48
ISSY-LES-MOULINEAUX: Les premières séries de Florence Foresti et Xavier Dolan, “Top Gun: Maverick”… Canal+ a dévoilé mercredi son programme pour la saison 2022-2023, misant également sur la F1 et la Ligue des champions qu’elle diffusera respectivement jusqu’en 2029 et 2027.
À défaut d’avoir de nouvelles compétitions sportives à promouvoir, “on a sécurisé un certain nombre de droits pour une très longue période”, s’est félicité le président de directoire, Maxime Saada, lors d’une conférence de presse inaugurant le nouveau siège du groupe à Issy-les-Moulineaux, près de Paris.
De quoi garantir la “sérénité” de la chaîne cryptée aux 9,6 millions d’abonnés en France, un an après s’être fait chiper les droits de la Ligue 1 par Amazon et au lendemain du lancement de nouvelles chaînes, Canal+ Foot et Canal+ 360.
“On est la première chaîne nationale quand on diffuse un Grand Prix de Formule 1 le dimanche”, a relevé auprès de l’AFP Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes et des programmes. “Même le rugby aujourd’hui dépasse la Ligue 1 en nombres d’abonnés”, a-t-il ajouté.
Côté séries, la filiale de Vivendi proposera une dizaine de créations originales, parmi lesquelles “Désordres”, de et avec Florence Foresti, et le biopic “Marie-Antoinette”, en octobre.
S’y ajoutent la première série du cinéaste et comédien canadien Xavier Dolan, “La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé”, adaptée d’une pièce québecoise, ainsi qu’un western, “Django”, porté par Matthias Schoenaerts et Noomi Rapace.
L’humoriste Bertrand Usclat, qui avait annoncé cet été la fin de sa pastille parodique “Broute”, rempilera en 2023 avec la même marque mais dans un format plus long.
Egalement au programme, une soirée spéciale pour les 30 ans de “Groland”, le passage en quotidienne de “Clique”, l’émission de Mouloud Achour, un documentaire sur le chanteur Dadju ou encore l’émission “Le genre idéal”, animée par Antoine de Caunes et dédiée au septième art.
Dans ce domaine, la chaîne se réjouit de la nouvelle chronologie des médias, qui lui permet de diffuser des films six mois après leur sortie en salles, à l’instar de “Top Gun Maverick”, ou “Jurassic World”.
Elle compte aussi sur les nouveaux partenariats signés avec les studios Universal et Sony pour des “montants comparables” à ce que lui réclame TF1, une “chaîne gratuite”, a assuré Maxime Saada pour justifier le conflit en cours avec la chaîne privée.
https://arab.news/pfnz6
CASABLANCA: Après avoir écumé des salles pleines à craquer lors d’un premier succès au Maroc en 2020, Haroun annonce sur ses réseaux sociaux quatre dates de son dernier spectacle «Seul(s)» dans plusieurs villes du royaume. L’humoriste français fera escale à Casablanca, les 21 et 22 septembre, à Rabat, le 23 septembre et enfin à Marrakech, le 24 septembre.
Avec légèreté, Haroun s’amuse des contradictions de la société qui s’incarnent, par moment, dans un discours, qui, s’il était disséqué au scalpel, serait perçu pour ce qu’il est: d’un absurde détonnant. L’actualité n’est jamais étrangère aux longs soliloques qu’il joue sur scène, n’hésitant pas, non plus, à tremper son encre noire dans un humour grinçant.
Parce qu’Haroun est auteur de ses textes, vidéaste de ses spectacles aux millions de vues sur internet rassemblant un public éclectique et de tout âge.
A post shared by Haroun (@haaaroun)
Seuls
Après ses pasquinades couronnées de succès et devenues virales sur internet, cette icône du stand up a annoncé son retour sur les planches pour son nouveau spectacle Seuls.
Haroun y aborde le dédoublement de la personnalité et la part d’ombre que tout un chacun porte en lui-même; à plusieurs reprises, Haroun lui fait place et la laisse prendre le dessus sur scène, comme lorsque l’on s’efface derrière la petite voix du lutin qui murmure à l’oreille de tous d’un instant, l’autre.
A post shared by Haroun (@haaaroun)
Auteur et Pasquinades
Haroun s’est dans un premier temps fait connaître par son site internet, Pasquinade.fr, qui rassemble des vidéos et des spectacles que le public peut se procurer ou rémunérer grâce à un chapeau virtuel dans lequel il est possible de faire un don.
Ses précédents spectacles sont disponibles sur la plateforme ainsi que ceux de plusieurs artistes francophones tels que Kyan Khojandi ou Thomas Wiesel.
 
https://arab.news/jbn89
ATHÈNES: L’actrice grecque Irène Papas, célèbre pour ses fougueuses apparitions dans des films de renommée internationale comme “Les Canons de Navarone” et “Zorba le Grec” est décédée à l’âge de 93 ans, a annoncé mercredi le ministère de la Culture. 
Irène Papas “personnifiait la beauté grecque à l’écran et sur scène”, a estimé dans un communiqué la ministre de la Culture Lina Mendoni. 
Selon l’agence de presse étatique grecque  ANA, Irène Papas est morte plus tôt dans la journée de mercredi. 
La cause de son décès n’était pas connue dans l’immédiat. La santé d’Irène Papas était fragile depuis quelque temps. 
L’une des actrices grecques les plus connues à l’étranger aux côtés de Mélina Mercouri, elle a joué dans une soixantaine de films durant sa carrière qui s’est étalée sur six décennies. 
Elle a partagé l’affiche avec des comédiens de renom comme Richard Burton, Kirk Douglas, James Cagney et Jon Voigt. 
“Les acteurs ordinaires ont du mal à partager l’écran avec elle”, écrivait en 1969 le critique de cinéma Roger Ebert. 
Irène Papas, dont le vrai nom était Irène Lelekou, est née en 1929 dans le village de Chiliomodi près de Corinthe, dans une famille d’instituteurs. 
Dotée d’une voix grave, d’un regard perçant et d’un visage dont la beauté classique rappelait les cariatides de la Grèce antique, elle apparaît dès l’âge de quinze ans dans des manifestations culturelles locales avant d’étudier l’art dramatique à Athènes. 
Elle fait ses débuts au cinéma dans le drame grec de 1948 “Fallen Angels” (Les Anges déchus), puis a percé sur la scène internationale avec “Dead City”, le premier film grec présenté au Festival de Cannes en 1952. 
“Les canons de Navarone” en 1961, dans lequel elle joue aux côtés de Gregory Peck et d’Anthony Quinn, dans le rôle d’une guérillera grecque au regard sombre, a été un rôle marquant dans sa carrière. 
Elle fera de nouveau équipe avec Quinn dans “Zorba le Grec” en 1964, un autre classique intemporel. 
“J’ai quitté la Grèce pour découvrir où se trouvaient les meilleurs acteurs. Je voulais apprendre. Je ne cherchais pas à faire carrière”, a-t-elle déclaré à la télévision publique ERT en 2002. “Si vous faites bien votre travail, une carrière vient toute seule”. 
En 1969, elle a joué la veuve d’un député assassiné dans le “Z” de Costa-Gavras, récompensé par un Oscar. 
Elle a reçu de nombreux prix, notamment celui de meilleure actrice en 1961 au Festival de Berlin et un Lion d’or à Venise en 2009 récompensant l’ensemble de sa carrière. 
Elle était populaire en Italie, où elle apparaissait régulièrement dans des films et séries télévisées y compris pour son dernier rôle en 2004. 

source

About didas

Check Also

Cannes 2022 : bravo aux 8 films soutenus par la Région primés – Région Île-de-France

Crédit photo : Festival de CannesLa Région est associée à 3 films récompensés lors de la …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

/ / / memeber