Jérôme Seydoux (Pathé) dénonce le "formatage télé" des films français – OZAP

Il voit le rôle de la télévision dans l’industrie du 7e art d’un mauvais oeil. Jérôme Seydoux, président de Pathé, producteur et distributeur de films, a accordé un entretien à nos confrères du “Point“. Après avoir récemment remis en cause la qualité des films français, le puissant dirigeant persiste et signe en pointant l’influence des chaînes de télévision, qui ont des obligations d’investissement dans la production d’oeuvres cinématographiques. Le patron du groupe Pathé appelle à “changer les rapports entre le cinéma et la télévision“. “C’est un travail de longue haleine“, admet-il en substance.

À lire aussi
Une bande-annonce déjantée pour "Babylone", le nouveau film de la Paramount qui fera du bien au cinéma

Cinéma

Une bande-annonce déjantée pour “Babylone”, le nouveau film de la Paramount qui…

Jean-Luc Godard est mort

Cinéma

Jean-Luc Godard est mort

Box-office France : Le film déjanté "Everything Everywhere All at Once" s'empare de la première place

Cinéma

Box-office France : Le film déjanté “Everything Everywhere All at Once” s’empare…

"Tad l'explorateur et la table d'émeraude" : Le film de Paramount signe largement le meilleur démarrage de la franchise

Cinéma

“Tad l’explorateur et la table d’émeraude” : Le film de Paramount signe largement…

Pour Jérôme Seydoux, pour qui Canal+ fait figure d’exception, cette influence des chaînes se ressent sur la qualité des films français visibles en salles. “Si on veut voir des films de cinéma pas chers, on peut regarder la télé ! On accuse de nombreuses productions françaises pour le cinéma de ressembler davantage à des téléfilms… Le cinéma français est trop influencé par le système des obligations des télévisions de financer des films. Il y a donc un formatage télé qui n’est pas favorable à la salle“, déplore-t-il.

Et de poursuivre : “Le cinéma français est marié aux chaînes de télévision. Ce serait un bon système si on vivait en autarcie. Mais, autour de nous, le monde change très vite“, observe le patron de Pathé, en référence aux plateformes de SVOD, qui ont fait le plein d’abonnements en période de confinement. En France, Netflix revendique désormais plus de 10 millions de foyers abonnés, contre 6,7 millions en 2020.
Jérôme Seydoux estime en sus que la nouvelle chronologie des médias, qui permet dans certains cas aux chaines de télévision de diffuser un film dès 22 mois après sa sortie en salles, est un risque à terme pour les salles de cinéma. Il cite l’exemple de Disney, dont les productions représentent selon lui “20 à 25% des entrées” : “Si, en France, Disney ne sort pas en salle son film de Noël, “Avalonia”, c’est qu’il aurait dû attendre dix-sept mois pour ne l’avoir que cinq mois sur sa plateforme Disney+ avant de laisser les chaînes françaises le diffuser. La nouvelle chronologie des médias, qui fixe les fenêtres de diffusion des films en France, ne peut pas fonctionner ainsi“.

source

About didas

Check Also

Deux parrains pour la fête de la VOD – Le Film Français

Après un an d’absence, la fête de la VOD fait son retour en France du …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

/ / / memeber