Jean Paul Belmondo : Ses 30 meilleurs films à voir et à revoir – FREDZONE

Acteur et réalisateur, Jean Paul Belmondo est sans conteste l’un des plus grands noms du cinéma français. Au cours de sa glorieuse carrière, le comédien a attiré en salle plus de 150 millions de spectateurs, collaboré avec de grands réalisateurs et joué des rôles absolument inoubliables.
Décédé le 6 septembre 2021, il laisse derrière lui pas moins de 80 réalisations artistiques. Nous vous invitons ici à découvrir les 30 meilleurs films du monstre sacré du septième art. Ceux-ci sont classés en fonction du nombre d’étoiles reçues sur AlloCiné.

Note7.6/10
Note4.2/5
Note93%

Réalisé par Henri Verneuil, « Un singe en hiver » constitue un véritable chef-d’œuvre. Adaptée du roman du même nom d’Antoine Blondin, cette comédie dramatique a su réunir dans un univers exceptionnel Jean Gabin, monstre du cinéma français, et Jean Paul Belmondo, jeune vedette de la Nouvelle Vague. Si les premiers rapports entre les deux hommes sur le tournage étaient pratiquement froids, leur passion finit par les rapprocher et le résultat qui en découle en est la preuve.
Un singe en hiver relate admirablement l’histoire du jeune et remuant publicitaire Gabriel Fouquet (Jean Paul Belmondo) venu voir sa fille Marie, pensionnaire d’une pension en Normandie. Ne connaissant pas la ville, il choisit de séjourner à l’hôtel Stella dirigé par Suzanne et son mari Albert Quentin (Jean Gabin) qui a promis quinze ans plus tôt, après un bombardement, de ne plus jamais boire une goutte d’alcool. Malheureusement, la rencontre avec le jeune Fouquet va le remettre face à la tentation.
Cette comédie dramatique française illustre à travers les personnages de Gabriel Fouquet et d’Albert Quentin l’attraction pour l’alcool dans les moments les plus difficiles de la vie. Ce travail exceptionnel est soutenu par les dialogues délicieux de Michel Audiard : un véritable travail d’orfèvre.

Note6.9/10
Note3.9/5
Note71%

Film historique, « Paris brûle-t-il ? » relate les faits de résistance et les actions qui ont conduit à la libération de Paris au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Réalisée par René Clément, cette fresque franco-américaine met en scène des personnages historiques et importants de l’époque, notamment le général Von Choltitz, le général américain Patton, le général Leclerc, le jeune Jacques Chaban-Delmas, etc.
Début aout 1944, l’arrivée des forces alliées dans la capitale française étant proche, Hitler ordonne au général Von Choltitz de déduire la capitale française avant de capituler. Cependant, celui-ci désobéit aux ordres et se rend même aux armées alliées. Si Paris brûle-t-il ? met un accent particulier sur la libération de Paris, il attire également l’attention sur la concurrence née au sein de la résistance entre gaullistes et communistes.
A LIRE AUSSI : Sylvester Stallone : Ses 30 meilleurs films à voir et à revoir

Note7.1/10
Note3.9/5
Note84%

Réalisé par Henri Verneuil, « Cent mille dollars au soleil » constitue une adaptation cinématographique du roman « Nous n’irons pas en Nigeria » de Claude Veillot. Le film d’aventure franco-italien présente deux camionneurs, Rocco et Marec, devenus rivaux pour cent mille dollars. Ses scènes passionnantes et drôles sont renforcées par des dialogues délicieux et taillés sur mesure pour le trio de stars Belmondo, Ventura, Blier.
L’histoire se déroule dans un désert entre le sud du Maroc et le Sahara espagnol. Début des années 1960, Castagliano surnommé « la Betterave » dirige une entreprise de transport routier. Il engage Steiner pour assurer la conduite d’un Berliet rouge flambant neuf contenant une mystérieuse charge d’une valeur de 100 000 dollars. Attiré par le contenu du camion, Rocco réussit à duper Steiner, vole son véhicule et s’enfuit avec sa complice.
Castagliano promet alors une grande récompense à Marec s’il parvient à récupérer le Berliet. Une course poursuite agrémentée de mauvais coups s’engage alors entre les deux hommes dans le désert.

Note7.9/10
Note3.9/5
Note89%

Adapté du roman éponyme de même nom de Robert Merle, « Week-end à Zuydcoote » est un film dramatique de guerre réalisé par le célèbre Henri Verneuil. Si le roman a fait l’objet de nombreuses critiques et controverses, son adaptation cinématographique a connu un véritable succès. En juin 1940, pendant la bataille de Dunkerque, les forces armées françaises et britanniques, en fuite face aux bombardements allemands, sont regroupées sur la plage de Zuydcoote en attendant l’embarquement.
Dégoûté et fatigué, le sergent Julien Maillat fait la rencontre d’une jeune femme, Jeanne, qui refuse d’abandonner sa maison déjà en ruines. Julien réussit cependant à convaincre la jeune femme de s’enfuir avec lui puis fait ses adieux à ses amis. Une aventure amoureuse tendre nait alors entre les deux.

Note6.9/10
Note3.9/5
Note59%

Orphelin sous la tutelle de son oncle, Georges Randal a toujours pensé pouvoir épouser sa cousine Charlotte. Après ses études, il revient à Paris et se rend compte que le père de celle-ci l’a déjà promise à un autre.
Dans un instant de colère et de folie, Georges pour se venger choisit de dérober les bijoux au cours de la soirée de fiançailles, commence alors pour le jeune homme une carrière de voleur. Film français réalisé par Louis Maille, le Voleur vous propose donc de vivre l’histoire passionnante et tourmentée de Georges Randal incarné par le grand Belmondo.

Note7.8/10
Note3.8/5
Note97%

Réalisé par Jean-Luc Godard, « À bout de souffle » marque la naissance de la Nouvelle Vague et le début de la glorieuse histoire du monstre sacré du septième art, Jean Paul Belmondo. Avec Jean Seberg, la collaboration fut exceptionnelle dans ce polar déroutant. En effet, le film policier constitue une véritable révolution pour Hollywood en se retrouvant aux antipodes de ce qu’on voit habituellement.
Réalisé avec trois francs et six sous, des acteurs alors inconnus et une bonne dose d’improvisation, A bout de souffle relate l’histoire du jeune voyou Michel Poiccard. Après avoir volé une voiture de l’U.S. Army à Marseille, ce dernier prend la route nationale pour se rendre à Paris. Malheureusement, il abat un policier au cours de son trajet et s’enfuit, devenant ainsi un criminel recherché.
Arrivé à Paris, le jeune voyou retrouve une étudiante américaine avec laquelle il avait eu une liaison et s’efforce de la convaincre de coucher à nouveau avec lui. Si les scènes de ce polar sont passionnantes, les répliques et les dialogues rendent le film français encore plus intéressant.

Note6.7/10
Note3.8/5
Note71%

« Le corps de mon ennemi » est un film policier réalisé par Henri Verneuil d’après le roman du même nom de Félicien Marceau. Avec la collaboration de Michel Audiard sur les dialogues, le réalisateur met une fois encore Jean Paul Belmondo en scène dans un nouvel univers passionnant.
À Cournai, ville entièrement dédiée à l’industrie textile et domaine de la famille Beaumont-Liégard, Jean-Baptiste est l’actuel patriarche, ami du maire et du député, et gère son entreprise d’une main de fer. De l’autre côté, François Leclercq, un jeune ambitieux, gérant d’une boîte de nuit appartenant à Liégard, réussit à séduire Gilberte la fille de Jean-Baptiste.
Cependant, il se retrouve mêlé à une affaire de double-meurtre et placé en détention pour 7 années. Après sa libération, François retourne dans sa ville natale pour découvrir la vérité et connaître les véritables responsables de cette machination dont il a été victime.

Note7.6/10
Note3.8/5
Note96%

Inspiré du roman de même nom de Béatrix Beck, « Léon Morin, prêtre » est un film dramatique réalisé par Jean-Pierre Melville. Ce film franco-italien présente les relations entre une jeune veuve fuyant les troupes allemandes et un prêtre qui lui offre un toit, pendant l’occupation de Paris.
Au cours de cette période de crise, la veuve de guerre d’un juif communiste défie un prêtre dans le domaine de la région. Convaincue de son argumentation et certaine de sa position, elle se retrouve cependant troublée par les réponses que lui sert l’homme de Dieu. Au fil du temps, avec chaque nouvelle rencontre, elle perd progressivement pied et se rapproche davantage de la conversion.

Note6.9/10
Note3.8/5
Note71%

« Le cerveau » constitue une superproduction qui regroupe de grands noms du septième art : les Français Jean Paul Belmondo, et Bourvil, le Britannique David Niven, et l’américain Eli Wallach. Deuxième plus gros succès de l’année 1969, ce film de casse comique réalisé par Gérard Oury est inspiré de l’attaque du train postal Glasgow Londres et présente deux groupes de bandits qui tentent de dérober les fonds secrets de l’OTAN lors de leur transport de Paris vers Bruxelles.
D’un côté, le petit truand français Arthur et son ami Anatole montent un formidable braquage pour attaquer le spécial train. De l’autre côté, l’insaisissable bandit baptisé « Le cerveau » dispose d’une équipe de professionnels et de moyens considérables pour parvenir à ses fins. Pure coïncidence : les deux groupes ont prévu leur coup le même jour à la même heure…

Note7.5/10
Note3.7/5
Note81%

Début des années 80, Jean Paul Belmondo est au sommet de son art et de sa popularité. À cette époque où le public se déplace juste pour voir Belmondo, le professionnel vient marquer l’apogée d’un grand acteur. Réalisé par George Lautner, ce film d’action français est inspiré du roman « Mort d’une bête à la peau fragile » de Patrick Alexander. Le professionnel retrace l’histoire d’un agent des services secrets français, Joss Beaumont, envoyé en mission en Afrique pour exécuter le président de la Malagawi.
Au cours de la mission, un contrordre tombe indiquant que sa cible est devenue un ami de l’État. Pour l’empêcher de nuit, Beaumont est alors emprisonné, mais il réussit très vite à s’échapper, bien décidé à mettre un terme à sa mission. Si le film a connu un énorme succès, certaines scènes resteront dans les mémoires à jamais, notamment le face à face entre Belmondo (Beaumont) et Robert Hossein (le commissaire Rosen) ou encore l’exécution finale.
-a3.7 i7-
Réalisé par Claude Lelouch, Itinéraire d’un enfant gâté constitue un grand tournant dans la carrière du monstre sacré, Jean Paul Belmondo. S’il laisse de côté son rôle habituel de super flic, sa participation dans cette production lui permet de remporter le César du meilleur acteur 1989. Pour sa deuxième collaboration avec Lelouch, Belmondo incarne le personnage de Sam Lion, un enfant retrouvé seul dans le milieu du cirque et qui a dû faire une reconversion forcée après une chute de trapèze pour devenir chef d’entreprise.
Père de deux enfants, Sam, après avoir passé la cinquantaine, se lasse très vite de ses responsabilités et de son fils Jean-Philippe qui ne lui est pas d’un grand secours. Il choisit alors de faire croire en sa mort et de disparaitre en Afrique. Malheureusement, son passé l’y rattrape en la personne d’Albert Duvivier, un de ses anciens employés. Itinéraire d’un enfant gâté constitue une véritable ode au lâcher-prise et à la liberté, avec des scènes émouvantes et une histoire qui se déroule aux quatre coins du monde.
-a3.7 i7.1 r92-
Réalisé par Philipe de Broca, « L’Homme de Rio » est un film franco-italien inspiré des aventures de Tintin. Premier grand succès de Jean Paul Belmondo, cette merveilleuse production d’aventure comique est devenue au fil du temps une véritable référence en la matière. Elle vous fait découvrir les toutes premières cascades spectaculaires de l’acteur français sur les toits de Rio.
L’Homme de Rio présente Jean Paul Belmondo dans la peau d’Adrien Dufourquet, un soldat de deuxième classe en permission à Paris, à la recherche de son trésor. Il se rend au Brésil pour secourir sa fiancée, Agnès (Françoise Dorléac), qui a été enlevée sous ses yeux. Tout au long de cette aventure passionnante, cette dernière alterne à la perfection humour, tendresse, et vitalité. Un classique indémodable, un film d’aventure comique à voir et à revoir sans modération.
-a3.7 i6.9 r70-
Avec la réunion des stars du cinéma français Alain Delon et Jean Paul Belmondo sur une même affiche, il ne fait aucun doute que Borsalino est l’un des meilleurs films du monstre sacré du cinéma français. Film policier réalisé par Jacques Deray, Borsalino illustre la grandeur et la décadence de deux truands marseillais, François Capella et Roch Siffredi.
Après sa sortie de prison, Siffredi se rend chez le patron d’un cabaret pour retrouver sa compagne, Lola. Il suit alors les indications de celui-ci et finit par la retrouver, mais à sa grande surprise, celle-ci s’était éprise de Capella, un autre bandit de Marseille. Après une rencontre orageuse, les deux hommes, imaginatifs et dénués de scrupules, s’associent pour éliminer la concurrence et régner sur Marseille.
-a3.7 i7 r73-
Une fois de plus, Henri Verneuil réussit à mettre en avant le talent artistique du célèbre Jean Paul Belmondo dans sa réalisation cinématographique « Peur sur la ville » sortie le jour de l’anniversaire de l’acteur français. Film franco-italien à caractère policier, Peur sur la ville place Belmondo dans la peau d’un commissaire de police parisien à la poursuite d’un tueur en série qui terrorise la ville.
Accompagné de Charles Denner avec lequel il forme un fabuleux duo de flics, il s’engage une course poursuite exceptionnelle qui en inspirera plus d’un. Le film voit la légende du septième art effectuer des cascades dignes de lui et comme à son habitude il ne laisse surtout pas doubler, que ce soit en glissant sur les gouttières des immeubles de la capitale ou sur le toit d’une rame de métro de la ligne 6.
-a3.7 i7.7 r97-
Film policier noir français, Le Doulos est un chef-d’œuvre cinématographique signé Jean-Pierre Melville. Même si les relations entre Melville et Belmondo sur le tournage n’ont pas été des plus agréables, le film a connu un véritable succès.
Après avoir purgé sa peine en prison, Maurice Faugel apprend à sa sortie que sa femme a été tuée. Rongé par le désespoir, il tue d’abord le receleur chez qui il logeait avant d’organiser un casse avec la complicité de Rémy. Pour la réussite de son opération, il demande l‘aide de Silien, appelé le doulos, pour le matériel.
-a3.6 i6.6 r50-
Remake du cambrioleur réalisé par Paul Wendkos en 1957, « Le casse » est un film policier franco-italo-américain réalisé par Henri Verneuil. Comme dans ses habitudes, le réalisateur français place l’acteur dans un univers exceptionnel. Jean Paul Belmondo dans la peau d’Azad organise avec ses amis Ralph (Robert Hossein), Renzi (Renato Salvaton) et Hélène (Nicole Calfan) un cambriolage au domicile d’un riche notable à Athènes.
Sur la base des informations dont ils disposaient et grâce à leur matériel ultra sophistiqué, ils parviennent à neutraliser le gardien et à voler une magnifique collection d’émeraudes dans le coffre-fort. Dans le même temps, un policier passe par hasard devant la villa et surprend les truands. Néanmoins, il les laisse s’en aller contre toute attente, espérant pouvoir récupérer le butin pour son compte.
-a3.6 i7.2 r85-
Le Magnifique constitue un véritable chef-d’œuvre et un pastiche exceptionnel des films d’espionnage et de la saga James Bond en particulier. Cependant, cette réalisation de Philippe Broca se distingue par sa créativité, son humour et sa réalisation haute en couleur. Avec un Belmondo en pleine forme qui donne le meilleur sur ses deux rôles (un écrivain solitaire et son double littéraire), le film comique franco-italien connait un véritable succès.
François Merlin, écrivain de romans timide et fauché, essaye d’achever le dernier épisode des aventures de son héros, l’invincible agent secret Bob Saint-Clar qui possède le courage et le charme qui lui font défaut. Pour y parvenir, il n’hésite pas à transformer les gens de son entourage et de son quotidien en personnages dans son histoire.
-a3.6 i6.3 r92-
Réalisé par Édouard Molinaro, « La chasse à l’homme » est un film comique franco-italien très apprécié. Le film présente un milieu parisien bourgeois dans lequel le jeune maquettiste Antoine Monteil va épouser Gisèle, une jeune femme du monde et très jolie.
Malheureusement, son meilleur ami, Julien Brenot, statisticien endurci et célibataire, va essayer par tous les moyens de le dissuader et de lui faire changer d’avis. Après avoir inventé tous les arguments et mentionné son exemple ainsi que celui de Fernand, un gangster rendu méconnaissable par la vie maritale, Antoine finit par se laisser convaincre et s’enfuit. Au cours de son escapade, il fait la connaissance de la jeune Sandra dont le seul objectif est de le voler.
-a3.6 i6.6 r64-
Ex-chasseur de fauves, l’Alpagueur est maintenu devenu un chasseur de primes de luxe. Très efficace, il œuvre illégalement dans l’ombre pour des personnes haut placées en collaborant avec la police par l’intermédiaire de l’inspecteur Doumecq. À ce titre, il enchaine les missions les unes après les autres pour le compte de l’État. Après avoir démantelé un réseau de narcotiques et coincé le commissaire Gavarni à la tête de prostitution, l’Alpagueur est chargé d’arrêter l’Épervier.
Ennemi public no 1, ce dernier est réputé pour engager de jeunes délinquants pour accomplir ses missions et effacer toutes les traces. Il élimine tous les témoins et ses jeunes complices, tous ceux qui pourraient le reconnaitre. Seul Costa Valdes réussit à échapper à la mort après avoir commis un vol pour l’Épervier. L’Alpagueur doit alors gagner sa confiance pour essayer de retrouver sa cible.
A LIRE AUSSI : Denzel Washington : Ses 21 meilleurs films à voir et à revoir
-a3.6 i6.5 r81-
Pierrot le fou constitue un chef-d’œuvre de Jean-Luc Godard. Comédie policière et dramatique, le film retrace l’histoire de Ferdinand, un homme marié à une femme riche et qui vient de perdre son emploi à la télévision. Alors qu’il rentre un soir d’une désolante soirée dansante chez ses beaux-parents, il se rend compte que la baby-sitter venue s’occuper de ses autres n’est nulle autre que Marianne, une ancienne amie.
Délaissant sa femme et tout ce qu’il avait, il s’éprend de la jeune femme et choisit de tout quitter pour s’en aller avec elle dans le sud de la France. Très vite, l’aventure se transforme en un périple où se mêlent complots politiques, trafic d’armes, rencontres incongrues et déchirements amoureux.
-a3.6 i7.4 r79-
Réalisé par François Truffaut, « La sirène du Mississipi » est un film dramatique noir français qui présente Belmondo dans un registre qu’il a peu abordé au cours de sa carrière : celui d’un homme épris d’une femme qui n’en veut qu’à son argent. Riche industriel de la Réunion, Louis Mahé entre en contact épistolaire avec une certaine Julie Roussel avec qui il doit se marier.
Résidant en Nouvelle-Calédonie, celle-ci doit donc se rendre à la Réunion à bord du Mississipi. Malheureusement, la jeune fille qui le rejoint n’est qu’une usurpatrice qui n’en voulait qu’à son argent et s’est enfuie après avoir vidé son compte personnel et celui de son entreprise. La situation se complique lorsque Louis se rend compte qu’il est amoureux de son voleur.
-a3.5 i6.6 r75-
Réalisé par Jean-Paul Rappeneau, « Les Mariés de l’an Deux » est un film d’aventure comique et dramatique franco-italo-roumain inspiré des soldats de l’an II, une mobilisation populaire contre les invasions étrangères.
Le film présente l’histoire tourmentée de Nicolas et Charlotte. À la fin du XVIIIe siècle alors qu’ils étaient encore enfants et jouaient dans la campagne enneigée, les deux protagonistes rencontrent une bohémienne qui leur annonce un futur radieux. Ils se marient alors tous les deux avant que leur destin ne change avec l’assassinat d’un baron par Nicolas.
-a3.5 i6.9 r70-
Malgré son échec commercial à sa sortie, « Une femme est une femme » est un film franco-italien réalisé par Jean-Luc Godard et qui présente un univers comique unique. L’histoire tourne autour de trois personnages : Angela, Émile et Alfred.
Amoureuse d’Émile, Angela souhaiterait avoir un enfant alors que celui-ci n’en veut pas. De l’autre côté, Alfred qui est amoureux d’Angela ne lui refuserait pas cette grâce. Bien qu’elle refuse les avances d’Alfred parce qu’elle aime Émile, Angela fait croire à ce dernier qu’Alfred lui fait perdre la tête.
-a3.5 i6.9 r100-
« Le Mauvais Chemin », de son titre original « La Viaccia » est un titre dramatique italo-français réalisé par Mauro Bolognini. L’histoire présente Belmondo dans la peau du jeune Amerigo qui quitte son village natal pour travailler chez son oncle à Florence.
Au cours de son périple, il rencontre Bianca, une prostituée d’une maison close dont il tombe amoureux. Renvoyé par son oncle pour lui avoir volé de l’argent pour financer sa liaison avec la jeune femme, Amerigo retourne dans son village, mais revient en ville pour se faire engager dans la maison close où travaille sa dulcinée afin d’être plus proche de celle-ci. Malheureusement, la jalousie va perdre le jeune homme qui découvre l’hypocrisie et la fourberie de la société.
-a3.4 i6.6 r55-
Réalisé par Philippe de Broca, Cartouche est un film d’aventure comique qui présente un grand Jean Paul Belmondo dans la peau de Louis Dominique surnommé « Cartouche », un bandit au grand cœur qui sévit à Paris. Révolté par la tyrannie de Malichot, le jeune protagoniste prend la paye du régiment qui l’a enrôlé avec l’aide de ses compagnons la Douceur et la Taupe.
Il revient alors à Paris accompagné de la charmante Vénus et de ses camarades pour prendre le contrôle de la bande du truand. Au cours de son aventure, Dominique tombe amoureux de la femme du lieutenant général de police et prend davantage de risques. Après le sacrifice de Vénus lors d’une embuscade, Cartouche décide de se venger : un véritable succès.
-a3.4 i8-
Réalisé par Claude Lelouch, Un homme qui me plaît relate la rencontre entre Françoise et Henri. Comédie dramatique, le film français a connu un véritable succès. Laissant son mari en France, Françoise, une actrice, s’envole pour les États-Unis où elle doit rejoindre le tournage d’un film.
De l’autre côté, Henri laisse également sa femme italienne pour se rendre à New York pour l’enregistrement de la musique du film. Comme le hasard sait faire ses choses, les deux protagonistes se retrouvent à Los Angeles où ils apprennent à se connaitre et tombent amoureux l’un de l’autre.
-a3.3 i6.6 r60-
Flic ou voyou marque le début de la gloire de Belmondo. C’est en effet le premier film de l’acteur français à dépasser le million d’entrées sur Paris et sa périphérie. Réalisé par Georges Lautner, le film policier français raconte l’histoire de Stanislas Borowitz dont la fille Charlotte a été enlevée.
Après la mort de son confrère à Nice, le commissaire Grimaud fait appel à l’inspecteur Borowitz de la « police des polices » pour enquêter sur le meurtre. Celui-ci découvre au cours de ses investigations que la mafia et la police des ripoux sont concernées. Il choisit alors d’infiltrer le gang pour découvrir la vérité, mais se fait démasquer.
-a3.3 i6.6-
Aventure comique, l’incorrigible est un film français de Philippe de Broca inspiré du roman « Ah… mon pote ! » d’Alex Varoux. Après trois mois d’incarcération, Victor Vauthier retourne très vite à ses activités illégales et retrouve sans tarder son confort d’autrefois.
Cependant, il doit composer avec Marie-Charlotte Pontalec, l’assistante sociale chargée de sa réinsertion. Quand bien même il est tombé sous le charme de la jeune femme, Victor n’entend pas laisser ses activités. Il planifie alors son prochain coup dans le dos de celle-ci.
-a3.2 i6.7 r78-
Réalise par Gérard Oury, « L’as des as » constitue le deuxième plus gros succès public de la prestigieuse carrière de l’acteur français Belmondo. Malgré la réalisation sur fond de deuxième guerre, cette comédie d’aventure possède un charme exceptionnel, raison de son grand succès.
Spectaculaire, drôle et romantique, cette merveille du septième art se présente aujourd’hui comme un classique incontournable du cinéma français. Entraineur national, Jo Cavalier doit accompagner l’équipe de boxe aux Jeux olympiques de Berlin. Durant le voyage, il décide de s’occuper d’un petit enfant juif âgé de 10 ans et poursuivi par la Gestapo.
-a3 i7.8 r88-
Sorti en 1961, « la Paysanne aux pieds nus » (de son titre original la Ciociara) est un film franco-italien réalisé par Vittorio de Sica. Été 1943, Cesira et sa fille Rosetta fuient les bombardements causés par la guerre à Rome pour chercher refuge au village natal de la jeune veuve, la Ciociara.
Malheureusement, elles n’y trouvent pas le repos tant attendu puisqu’elles tombent sur une bande de soldats français qui abuse d’elles. Les deux femmes se retrouvent alors traumatisées à un point où le gentleman Michele aura du mal à les apaiser.
*Rédacteur en chef* Amoureux des lettres, je suis aussi très centré sur la pop culture. Vivre mes passions tout en informant est pour moi un autre hobie très grisant. C’est donc avec un grand plaisir que mes collègues et moi vous feront lire les meilleures anecdotes du net. Profil LinkedIn




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

source

About didas

Check Also

"Dahmer" sur Netflix : les familles des victimes en colère contre la série – TF1 INFO

Découvrez toutl’univers TF1 INFOSource : Sujet TF1 InfoIl était surnommé le Cannibale de Milwaukee. Et …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

/ / / memeber