« Athena », sur Netflix, fait de la cité une zone de guerre – Le Monde

Consulter
le journal
La justice ne contraint pas Canal+ à rétablir la diffusion des chaînes du Groupe TF1 sur son offre satellite
De Netflix à Apple ou Amazon, une vague de nouveaux entrants dans la publicité
« Beaucoup misent sur le nouveau Graal de l’éolien flottant »
« Pour pouvoir absorber une partie de la charge de la dette de l’Etat, la France doit créer un fonds souverain d’au moins 100 milliards d’euros »
L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ?
L’Iran connaît une vague de manifestations d’ampleur après la mort de Mahsa Amini
« Rap Business » : pourquoi les rappeurs se ruinent pour jouer à Bercy
Mort de la reine Elizabeth II : retour sur ses voyages en France
Face à Poutine, il faut maintenant choisir
« Un enfant sans histoire », de Minh Tran Huy : le feuilleton littéraire de Tiphaine Samoyault
Le « backlash » ou le retour de bâton conservateur
« La neutralité indienne est un choix risqué »
« Athena », sur Netflix, fait de la cité une zone de guerre
Emma Becker, Bernard Chambaz, Pauline Delabroy-Allard, Annie Lulu… Les brèves critiques de la rentrée littéraire
« L’Epopée joyeuse » sur Canal+ : l’histoire des Cafés joyeux, initiative sociale et solidaire
Eva Nguyen Binh, présidente de l’Institut français : « L’influence culturelle de la France n’est pas un acquis »
Cinq jardins japonais à visiter à l’automne
A quoi ressemble un parfum américain ?
Excursion à Naples, place forte du design
« Au lieu d’aller à la plage, au lieu d’aller au restau, on va au stock-car » : les joies des courses de carambolages en famille
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Focalisé sur l’action pure et l’esthétisation de la violence, le film de Romain Gavras, diffusé sur la plate-forme, peine à émouvoir.
Par
Temps de Lecture 2 min.
Article réservé aux abonnés
Cofondateur en 1994 de l’association Kourtrajmé, qui œuvre à diffuser la pratique du cinéma auprès des populations qui n’y ont pas accès, Romain Gavras, fils du cinéaste et président de La Cinémathèque française Costa-Gavras, poursuit par ailleurs une activité de réalisateur de clips et de films publicitaires, ainsi qu’une œuvre de fiction. Il est, à ce dernier titre, l’auteur de trois longs-métrages réalisés en l’espace de douze ans. Après Notre jour viendra (2010), radicalisation des Valseuses façon bréviaire de la haine de deux dingues qui tapent sur tout ce qui bouge, puis Le monde est à toi (2018), comédie noire faisant son miel de la bêtise crasse de ses protagonistes, on découvre aujourd’hui Athena, produit et diffusé par la plate-forme Netflix à compter du vendredi 23 septembre.
Le film, qui fait d’une cité le théâtre d’une insurrection armée après que la police y a causé la mort d’un adolescent, renoue avec une tradition du cinéma français qui court de La Haine (1995), de Mathieu Kassovitz, aux Misérables (2019), de Ladj Ly, en passant par Ma 6-T va crack-er (1997), de Jean-François Richet, et Dheepan (2015), de Jacques Audiard. Coécrit précisément avec Ladj Ly, Athena est de tous ces titres celui qui tire le plus loin la pelote vers le film de guerre. On n’y retrouvera pas, hélas, cette profondeur, tant des personnages que des sentiments à l’œuvre dans Les Misérables, qui permettait au spectateur d’en comprendre les déchaînements de violence.
C’est une cause inverse que défend Romain Gavras, qui semble vouloir se situer, comme souvent, dans un au-delà du principe de causalité, dans un état de colère et d’exaspération qui est là d’emblée parce que, nous laisse-t-on supposer, les digues auraient cédé depuis longtemps. La violence d’abord, donc, la réflexion ensuite, s’il reste de la place. Le film défini comme un bâton de dynamite. La mèche est la mort d’un jeune tué par la police. Le cadre est celui de la cité Athena. La référence est celle de la tragédie classique, avec les trois frères du défunt qui incarnent chacun une réponse supposément générationnelle à la mort de leur cadet.
Moktar (Ouassini Embarek), l’aîné, est un dealeur cocaïné jusqu’à la moelle qui ne se soucie que de lui et fait régner la terreur dans la cité. Abdel (Dali Benssalah) a choisi la voie de l’intégration et est devenu soldat. Karim (Sami Slimane), le benjamin, prend, quant à lui, la tête de l’émeute menée par les plus jeunes. Ces trois-là se croiseront à divers moments du film pour en déterminer les avancées et les bifurcations. Mais sous ces oripeaux, on sent bien que la chose qui intéresse Romain Gavras est le stade de l’explosion, soit la mise en scène de l’action pure et l’esthétisation de la violence. Lesquelles donnent lieu à des morceaux de bravoure. L’invasion liminaire du commissariat par des jeunes organisés façon commando. La cité filmée comme une citadelle antique assiégée par la masse sombre des forces de l’ordre. Les courses-poursuites dans les dédales. Les pétages de plombs récurrents.
Il vous reste 26.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

About didas

Check Also

Koumarane Valavane et l'Indianostrum Theatre à Pondichéry – lepetitjournal.com

Tout le journal en accès illimité !Je souscrisL’actualité locale et internationale pour les expatriés français …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

/ / / memeber